Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

NOËL EN PROVENCE LES FÊTES CALENDALES

NOËL EN PROVENCE

LES FÊTES CALENDALES

En Provence, la fête de Noël commence le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe et se termine le 2 février, jour de la chandeleur.

Cette période de fêtes calendales, est pour les Provençaux, la plus belle fête de l'année. C'est celle qui est célébrée avec
amour, partage, respect des traditions.

Fêtes calendales, ainsi nommées (d'après F. Mistral), parce que les calendes de janvier (premier jour de chaque mois chez les romains) étaient une fête païenne adoptée par les chrétiens et confondue avec celle de la nativité du Christ. "Calèndo", sert également à désigner les mets et les cadeaux de Noël ainsi que le petit houx pour décorer la table de Noël.
 

La Sainte Barbe 

Qui était Sainte Barbe ?

Elle vécut au 14 éme siècle. Elle se convertit à la foi catholique, contre l'avis de son père. Il l'enferma dans une tour et la décapita de ses propres mains. Au même instant, un orage éclata et la foudre vint frapper à mort son bourreau en signe de vengeance. Depuis, on attribue à la sainte, le pouvoir de protéger de la mort violente. Sainte barbe est devenue la patronne de nombreux corps de métier dangereux, les canonniers, les chaudronniers, les pompiers…

 

Le 4 décembre commencent les fêtes calendales. Ce jour là, dans chaque famille, on sème dans trois petites coupelles, symbole de fécondité, de fertilité et de fraternité, tapissées de coton imbibé d'eau, du blé ou des lentilles. Ce blé exposé au soleil tout le mois de décembre va germer et donner naissance à une touffe de verdure. Lorsqu'elle aura atteint une belle taille, elle sera entourée d'un joli ruban jaune et rouge aux couleurs de la Provence et installée sur la table du gros souper, dans la crèche. Les pointes germées seront coupées et déposées en offrande au pied de l'enfant Jésus. On dit en Provence : " Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ". " Quand le blé va bien, tout vient ".
 

Blé de St Barbe

Un blé bien germé est un signe prémonitoire d'une année à venir faite de bonnes récoltes et de bonheur. Pour assurer la fertilité des terres, après le 2 février on replantera cette verdure aux quatre coins des champs. elle pourra aussi être brûlée et les cendres jetées aux quatre coins des terres.

 
Moisson Pernes 2008
 

La crèche de Noël
La tradition de la crèche en accorde la paternité à saint François d'Assise en Italie au XIIIème siècle. Le nom de "crèche" avant de prendre son sens actuel était réservé à la mangeoire pour bestiaux où les évangiles rapportent que le Divin enfant avait été déposé. Cette mangeoire se trouvait dans une grotte aménagée en étable et c'est là, dans la grotte de la Nativité, près de Bethléem, que Marie et Joseph avaient déposé sur de la paille l'enfant qui venait de naître. Un âne et un bœuf qui se trouvaient là le réchauffaient de leur souffle.

 
créche M.I.L 2008
 

La première mise en scène d'une crèche vivante fut réalisée par St François d'Assise au cours d'une messe dans la forêt des Abruzzes en Italie en 1224. Elles resteront rares jusqu'au XVI ème siècle pour devenir une manifestation culturelle et populaire. La première crèche apparaît en Provence au XVII ème siècle avec des statuettes en bois grâce à un capucin marseillais, bon sculpteur. Il copie les personnages de la crèche de son couvent en petite dimension pour le peuple. A partir du XIX ème siècle les premiers maîtres santonniers font leurs apparitions en Provence. En décembre 1803, à Marseille sur le cours Belzunce, la première foire aux santons d'argile est inaugurée. Petit à petit aux côtés des personnages religieux, se mêlent les personnages de la vie quotidienne, le maire, le meunier, le rémouleur, le garde champêtre, la poissonnière, la lavandière… Marseille fête en décembre 2008, la 205 ème édition de la foire.


Santon vient du provençal "Sant" qui signifie Saint et du diminutif "oun" petit. Un petit Saint. Il est de tradition depuis des siècles, quelques jours avant Noël de préparer la crèche. Les enfants et les parents se rendent dans la forêt et les collines à la recherche de la plus belle mousse, des branchages, le tout est bien rangé et mis à sécher, on vérifie les santons. La crèche peut-être dressée, c'est un grand moment et la fête peut commercer. Après lui avoir trouvé une place de choix, il est d'usage de l'aménager soit le 1er dimanche de l'avent soit le dernier dimanche de décembre. L'enfant Jésus y est déposé le 24 au soir et les rois mages le 6 janvier jour de l'Épiphanie, (Melchior, Balthazar et Gaspard).
 
créche La Roque 2008
 

Lou cacho fio "mettre le feu" - la veille de Noël avait lieu la cérémonie du cacho-fio
Avant de passer à table, le plus ancien de la famille "lou gran" et le plus jeune "lou cago nis" doivent "poser cacho fio", symbole de la vieille année qui s'achève et de la nouvelle qui commence. On choisit une belle bûche de chêne, nouée d'une écharpe de satin ou d'arbre fruitier mort dans l'année de mort naturelle. Ensemble, ils portent cette bûche en faisant trois fois le tour de la table avant de la déposer dans la cheminée et de la bénir en l'aspergeant trois fois d'un verre de vin cuit.


Le feu est signe de joie et de lumière.

 
Cacho-fio La Roque 2008

Il est coutume en Provence de prononcer ces paroles sacrées :


" Alègre ! Alègre ! Mis beùs amis. Dieu nous alègre !

Cacho fio meten cacho fio pausèn

Diéu nous fague la gràci de vèire l'an que vèn…

e se noun sian pas maï que noun fuguen pas mens. "

 

" Allégresse ! Allégresse ! Mes beaux amis. Dieu nous mette en allégresse !

Cacho fio nous mettons Cacho fio nous posons

Dieu nous fasse la grâce de voir l'an qui vient

Et si nous ne sommes pas plus nombreux, qu'au moins ne soyons pas moins.

 

Beaucoup de paysans rajoutaient dans leur barbe ou leur moustache :

Feu sacré, fais que nous ayons encore du beau temps et que ma brebis bien agnelle,

et que ma vache bien vèle,

et que ma truie bien pourcelle,

et que mes filles et mes brus enfantent toutes bien.

Ensuite le feu est allumé, après la bénédiction le repas peu commencer.

 

Le gros souper repas du 24 décembre au soir
La table :

Elle doit être belle et accueillante. Elle est l'élément principal de la pièce. Elle est recouverte d'ornements qui ont tous leurs valeurs symboliques.

Nous mettons trois nappes blanches qui rappellent la Sainte Trinité.
 

La plus grande est posée sur la première, puis la moyenne et la plus petite de façon à bien voir les trois niveaux. Ces trois nappes serviront pour les trois repas, celui du gros souper le 24 au soir, celui du repas le jour de Noël et celui du lendemain de Noël. La table est mise pour trois jours, on ne la débarrasse pas complètement, pour que les âmes des morts de la famille puissent se restaurer, après chaque repas les quatre coins sont relevés afin d'éviter que les esprits n'y grimpent pour jeter des sorts. On enlève après chaque repas la nappe qui a servi.


Elle est éclairée d'un chandelier de trois bougies (ou trois chandeliers) qui représentent Jésus, Marie et Joseph, on y dépose un couvert supplémentaire pour le pauvre et le blé de la Sainte Barbe trône au milieu des plats.
 

Le repas :

Avant de se rendre à l'église pour célébrer la naissance du Christ, le gros souper ouvre la nuit de Noël.
 

Il est composé essentiellement de plats maigres :

- Le céleri à l'anchoïade

- Le tian de morue aux épinards

- La carde en sauce (aux truffes)

- Les escargots

Gros souper 1   Gros souper 2

Dans certaines villes ou villages le repas été composé de sept plats maigres pour mémoriser "les sept plaies du Christ".

Il n'existe pas vraiment de menu précis, mais des variantes suivant les régions. Le repas de Noël est adapté aux productions locales et aux ressources de chaque famille. Les plats de Noël contrastent avec le quotidien mais ils restent simples et copieux.

 

Les treize pains qui accompagnent le repas rappellent la Cène avec les douze apôtres et Jésus.

La pain et le vin son disposés sur la table en signe d'abondance afin que la table soit bien remplie.


Lou Gros Soupa

Avans de se rendre à la gleiso pèr celebra la neissènço dÓu Criste se fau entaula pèr lou gros soupa alesti rèn qu'amé de plat maigre :

- l'àpi à l'anchoiado

- lou tian de merlusso is espinarc

- la cardo ensauço

- li cacalaus


Les treize desserts :
Après le repas et de retour de la messe de minuit, on sert les treize desserts, chacun en provence a sa propre liste des treize desserts, si le choix est assez libre, il est différent suivant les régions selon les ingrédients dont chaque famille pouvait disposer. Le nombre est impératif. Inventés à Marseille au début du siècle dernier, ils symbolisent le Christ et les douze apôtres.


Les fruits secs :

Nous trouvons les 4 mendiants. Ils symbolisent les quatre grands ordres mendiants, en référence à la couleur des robes des moines.

* Les figues sèches, pour les Franciscains

* Les raisins secs, pour les Dominicains

* Les amandes, pour les Carmes aux pieds nus

* Les noix, pour la robe des Augustins
 
13 desserts


Viennent ensuite les fruits frais ou confits, spécialement conservés pour Noël :

* La mandarine

* La poire

* Le melon d'hiver

* Le raisin blanc


Enfin les confiseries et pâtisseries :
* La pompe à huile

* Le nougat noir

* Le nougat blanc

* La pâte de coing

* Fruits confits ou confiture de méréville

On trouve aussi, les pommes, les oranges, les dattes, les oreillettes, les calissons …

Créche La Roque 2008
Leïla
Joyeuses Fêtes à tous et M.I.L bonnes raisons de nous rendre visite à bientôt...