Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Le Canal de Carpentras

MEMOIRE SUR LE PROJET

 

Historique
 

 

Durant les siècles passés, le Comtat Venaissin et par la suite le Vaucluse ont envisagé la construction d'un canal d'irrigation. Sous l'ancien régime, le Pape qui étendait son autorité sur le Comtat avait commandé plusieurs projets pour la création d'un canal d'irrigation mais ils les refusa tous, non pas qu'ils furent irréalisables, mais par peur d'une invasion par le biais de ce canal par le roi de France. Ainsi, pendant quatre siècles, des ingénieurs et concepteurs travaillèrent sans relâche à divers projets.


Vignes près de CarpentrasVignes près de Carpentras
 

En 1849, après la révolution, les propriétaires des terres agricoles concernées se regroupèrent en association puis en " syndicat provisoire ". Le Préfet de Vaucluse les autorise à détourner 6000 litres par seconde de la Durance et le projet des ingénieurs Conte et Perrier est retenu. Le Conseiller Général pernois Louis Giraud, véritable " père " du futur canal de Carpentras ouvre des souscriptions, obtient en 1851 du département de Vaucluse une imposition exceptionnelle de deux centimes pour la "modernisation des canaux d'irrigation agricole" sur 26 000 hectares, ramène des subventions et des fonds d'État de la capitale, bref se dépense sans compter. Le syndicat définitif est créé en 1853 et Louis Giraud en est le premier directeur. Le canal fut inauguré quatre ans plus tard, le 12 juillet 1857, par l'Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III. Des festivités grandioses furent organisées à l'aqueduc de Galas qui marque l'entrée de la vallée où se situe Fontaine de Vaucluse. 


Durant plusieurs siècles avant la création du canal de Carpentras, des projets plus ou moins aboutis se sont succédé.

1849, premiers regroupements.

1853, création du syndicat définitif.

Le 12 juillet 1857 l'inauguration du canal de Carpentras à lieu en présence de Louis Giraud et de l’impératrice Eugénie.

Le 8 septembre 1860, l’empereur Napoléon III, alors en visite à Orange et à Avignon, remet à Louis Giraud les insignes de chevalier de la Légion d’honneur.
 

Portrait Louis Giraud

Louis Giraud

carte de Brun

Carte de Brun cadet prévoyant "l'arrossement d'une partie des terres du Comtat Venaissin"

inauguration 2

Inauguration du canal à l'aqueduc de Galas

Inauguration du Canal de Carpentras à l'aqueduc de Galas

 


Les cultures maraîchères telles que celle des fraises de Carpentras ont ainsi été rendues possibles. En revanche, on trouve des vignobles dans la vallée du Calavon car cette région, plus élevée que le canal, n'est pas irriguée par celui-ci.

 

Culture de fraises à proximité du canal de Carpentras






Culture de fraises à proximité du canal de Carpentras




 

Fonctionnement



 

Ouvrages d'art et Équipements Agriculture



Le fonctionnement du Canal de Carpentras peut être envisagé par son côté technique (équipement, dénivelé) mais aussi par son rapport à l'agriculture locale. En effet, il ne faut pas oublier que celui-ci est dirigé par des syndicats d'agriculteurs.


Le canal entre l'aqueduc de Galas et la station de pompage de Saumane




 










 

Le canal entre l'aqueduc de Galas et la station de pompage de Saumane


Canal de Carpentras

 

Le canal de Carpentras est un ouvrage servant à l'irrigation, long de 69 km, auxquels s'ajoutent 725 km de canaux secondaires et tertiaires, essentiellement dans le département du Vaucluse.

Cela valut à son « père » fondateur et 1er directeur, Louis Giraud, d'être fait chevalier de la Légion d'honneur par Napoléon.

Afin de permettre une bonne maîtrise du transport des eaux, le canal de Carpentras est pourvu en équipements hydrauliques. Bien qu'ayant des similitudes avec des cours d'eau naturels (écoulement gravitaire et à ciel ouvert), celui-ci est néanmoins artificiel ; en effet, son débit peut être régulé grâce aux vannes, déversoirs, etc.

 

Le canal dessiné ci-dessous est imaginaire mais il est représentatif du canal de Carpentras. On y trouve un concentré des dispositifs de transport et de régulation de l'eau.

 


 

Topographie
 

 

Le canal de Carpentras fonctionne comme un réseau fluvial, mais inversé. C'est à dire que l'eau s'écoulant dans le canal principal (dont la largeur diminue tout au long du parcours) se subdivise en canaux secondaires : les canaux de l'Isle, de St-Julien, de Vaucluse…puis dans toute une arborescence de fossés et filioles terminales en bordure des champs. Le maillage ainsi constitué est à peu près aussi développé que les chemins vicinaux. L'ensemble de cet ouvrage s'inscrit dans la topographie de notre département.
 
Un fossé secondaire alimentant les filioles terminales 

Un fossé secondaire alimentant les filioles terminales

Extrait Carte IGN
Un extrait de carte IGN représentant la pleine maraîchère avec son maillage de chemins traversée par le canal de l'Isle alimentant les filioles (non représentées car très étroites) entre les champs.

 

Afin d'irriguer un maximum de terres (6000 ha par gravité et 4000 ha sous pression), le canal est aménagé le plus haut possible tout au long de son trajet de 65 km. Voilà pourquoi son tracé passe par les collines surplombant les plaines agricoles. Néanmoins, une pente de 25 centimètres par kilomètre nécessaire au bon écoulement des eaux est maintenue. Le dénivelé total entre la Durance et le débouché dans l'Aigues est donc de 16m 25. L'altitude du canal est limitée par celle de la Durance au niveau de la prise d'eau et par la pente nécessaire.

Colline 1

Ci-dessus et ci-dessous, le canal se fraie un passage à flanc de coteau, il est taillé dans le roc.
 
Colline 2
Le canal de Carpentras à l'echelle du département de Vaucluse
Le canal de Carpentras à l'echelle du département de Vaucluse
 

La durance (légende)

La durance :

 

 

 

Prise d'eau

 

 Réservoir sous pression

 


 Pont

 

 



 

 Station de pompage

 

 Réservoir

 

 

 Trop plein

 

 

Vanne

 Aqueduc

 

 

 

 

 






Chemins d'entretien

 

 

 Siphon

 

 

 

 


 Tunnel

 

 

 

 

 L'Aigues

 

 

 

Prise d'eau


Le canal de Carpentras est alimenté en eau par la Durance. Avant la construction du barrage de Serre-Ponçon, cette rivière issue des Hautes-Alpes s'écoulait de manière irrégulière et incontrôlée ce qui compliquait l'alimentation du canal, autorisé à détourner 6m3 /s de celle-ci en réaménageant chaque année une digue à Mérindol, embranchement du canal. Dorénavant, la prise d'eau est effectué sur la retenue du barrage de Mallemort (2,7 milliards de m3).


Prise d'eau de Malemort
Prise d'eau de Malemort
 

Station de pompage et Réseau sous pression


Afin d'alimenter le réseau sous pression qui irrigue les parcelles plus élevées et fait fonctionner les asperseurs, le canal de Carpentras est jalonné de 25 stations de pompage.


Station de pompage de SaumaneStation de pompage de Saumane (Vues des 2 vannes)
 

Chacune d'elles est aménagée ainsi :


L'eau du canal y est introduite par des vannes dans un bassin puis elle est filtrée par des grilles. Ensuite, l'eau est pompée dans le cabanon qui abrite les pompes ; elles-mêmes reliées au réseau hydraulique sous pression. 
 

Celui-ci est constitué de tuyaux de 63 mm à 1 mètre de diamètre. Ils peuvent être en fonte, en fibrociment, en PVC ou en polyéthylène.

Pompe à eau servant à la mise sous pression


Pompe à eau servant à la mise sous pression















Station de pompage de Saumane (vue de la grille)  Station de pompage de Saumane (vue de la grille)


 

Les Ponts
 

Environ 150 ponts permettent aux chemins vicinaux de franchir le canal. C'est à dire qu'il y en a un tous les 500 mètres. Ils sont construits sur des voûtes en pierre de taille, avec des parapets maçonnés.


Ponts 1

 

Les Aqueducs

 

A plusieurs reprises, le canal doit enjamber des vallons. Dans ces cas là, on a construit des aqueducs. Parmi les principaux, on compte l'aqueduc de Galas au-dessus de Sorgue à Fontaine de Vaucluse, haut de plus de 20 mètres ou encore celui de Carpentras au-dessus de l'Auzon.


Aqueduc de Galas 1

  Galas 2

L'aqueduc de Galas





Galas 3


Afin de réduire le coût de la construction, les aqueducs sont plus étroits que le reste du canal. Pour que l'eau ne soit pas ralentie par ce rétrécissement, son écoulement est accéléré par une pente plus accentuée sur cette section.

 

Chemins d'entretien

 

Des chemins longent le canal et permettent son entretien. Ils sont pour la plupart ouverts au public pour d'agréables promenades à la fraîcheur de l'eau.

 

Chemins d'entretien 1               Chemin entretien 2

 

Les siphons

 

Un siphon se présente sous la forme d'un U. Il permet à l'eau de descendre et de remonter dans un tuyau. A la sortie, l'eau arrive à un niveau légèrement plus bas qu'à l'entrée mais est passée par un niveau bien inférieur. Le siphon est uniquement utilisé lorsque le canal et une rivière ou une voie ferrée se trouvent au même niveau. Le canal de Carpentras en compte six: celui de St-Gilles à Pernes-les Fontaines, de St-André et du Four à chaux à Carpentras et ceux sous le Mède, la Salette et le principal, sous l'Ouvèze, avec 1m 20 de diamètre et 300m de long.

SiphonEntrée de l'un des deux siphons de Carpentras


Siphon 1

Siphon 2

Siphon 3

Différents schémas de siphons



 

Les Tunnels

 

Contrairement au siphon, le tunnel garde l'eau du canal au même niveau. Le plus long tunnel du canal de Carpentras est percé sous les Garrigues de Sarrians sur 1300 mètres. Il existe trois plus petits tunnels :deux à Carpentras, sous l'avenue du Mont Ventoux et sous le four à chaux, un dernier passe sous le collège de Pernes.

 

L'Aigues

 

A la fin de parcours de 65 km, le canal a une largeur très modeste. Il est alors comparable aux dernières ramifications d'environ 50 cm de large. Le peu d'eau qui se déverse dans l'Aigues est en fait l'excédant qui n'a pas été utilisé par les agriculteurs. S'il n'y avait pas ce léger excédant, le volume d'eau en fin de canal ne serait pas suffisamment important pour qu'elle puisse atteindre les ultimes terrains à irriguer . Le déversoir, s'il n'existait pas, obligerait à calculer en permanence le volume d'eau à envoyer dans le canal pour ne pas le faire déborder.

 

Canal de Carpentras près de Cambuisson


Canal de Carpentras près de Cambuisson

Caractéristiques :

Longueur : 69 km
Début des travaux : 1849
Année d'ouverture : 1857
Concepteur : Louis Giraud

Géographie :


Prise d'eau sur la Durance à Malemort
Traverse le Vaucluse


 

Géographie

 

Le réseau de canaux du canal de Carpentras couvre une zone de 10 600 hectares irrigables situées principalement entre Le mont Ventoux au nord, le Rhône à l'ouest, la Durance au sud et enfin les monts de Vaucluse et la vallée nord Luberon dite « du Calavon » à l'est.

 

Tracé

 

Prise d'eau sur la Durance à Mallemort dans le département des Bouches-du-Rhône et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Divisé en plusieurs canaux, il devient « canal de Carpentras » au niveau de la tour Sabran à Lagnes.



 

Le Canal de Carpentras :

un projet mûri pendant 4

siècles !

 

LE CANAL DE CARPENTRAS

 

Une naissance laborieuse
 

Au XVIe siècle déjà, diverses études envisagent - sans succès - les possibilités de dériver les eaux de la Durance pour irriguer la plaine du Comtat Venaissin.  Mais il faudra attendre 1849 pour qu'un syndicat provisoire voit le jour ; le projet des ingénieurs Conte et Perrier est retenu et inauguré à partir de 1853 par l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III. Malgré les efforts de Louis Giraud (1805-1883), maire de Pernes les Fontaines et conseiller général de Vaucluse, les difficultés s'accumulent : manque d'argent, abandon des chantiers, avaries graves, procès interminables...


 

La construction du canal aboutit cependant en 1869 :

sur 66 km de conduite principale, de Mérindol jusqu'à la rivière de l'Aygues au nord d'Orange, il permet de faire passer la superficie des terres cultivables de 13000 à 26000 hectares. Son écoulement est gravitaire avec une pente d'environ 25 cm par km. Au départ, il n'irrigue que la plaine située sur sa rive gauche, les terres de la rive droite s'élevant rapidement vers les monts de Vaucluse et du Ventoux. Aujourd'hui, les superficies irriguées dépassent 36000 hectares et l'eau est acheminée sous pression jusqu'à 500 m d'altitude.

 

La révolution de l'agriculture comtadine.


Le canal de Carpentras a révolutionné l'agriculture et les paysages du Comtat Venaissin : il permit aux cultivateurs de surmonter les crises économiques de la seconde moitié du XIX siècle par une spécialisation dans des cultures nécessitant à la fois chaleur et eau abondante: fruits, légumes et fleurs. La région devenait le "jardin de la France", voyait se multiplier les entreprises de conditionnement et d'expédition, et connaissait une prospérité jamais égalée.

 

Gravure à l'ancienne
 

Un parcours riche en ouvrages d'art.


Jalonné de nombreux ouvrages d'art, son parcours permet aux promeneurs de croiser ponts-aqueducs, martellières (vannes), décharges (évacuation des eaux excédentaires), ponts ou siphons (franchissement d'obstacles importants); il offre également un bon aperçu du patrimoine rural comtadin.

 

Le Canal de Carpentras : un projet mûri pendant 4 siècles !

 

Statue Louis Giraud
 

Si l’on imagine mal, aujourd’hui, notre département agricole sans son précieux et impressionnant réseau d’irrigation, on ne sait pas toujours que, pendant 4 siècles, des ingénieurs et concepteurs travaillèrent sans relâche à des projets divers, des plus utopistes aux plus romantiques, jusqu’au réalisme final de 1849 où les propriétaires des terres agricoles concernées se regroupèrent en association puis en «syndicat provisoire». Le Préfet de Vaucluse les autorise alors à détourner 600 m3/heure de la Durance et le projet des ingénieurs Conte et Perrier est retenu. Le Conseiller Général pernois Louis Giraud (notre photo), véritable «père» du futur Canal de Carpentras, ouvre des souscriptions, obtient en 1851 du Département de Vaucluse une imposition exceptionnelle de deux centimes pour la «modernisation des canaux d’irrigation agricoles» sur 26 000 ha, ramène des subventions et des fonds d’Etat de la capitale, bref se dépense sans compter.

 

Tenues des gardes du canal de Carpentras


 

Le Syndicat définitif est créé en 1853. Louis Giraud en est le premier Directeur. Après les nombreuses péripéties qui accompagnèrent sa construction et son financement, c’est l’Impératrice Eugénie, l’épouse de Napoléon III, qui vint l’inaugurer en personne, le 12 juillet 1857, à l'aqueduc de Galas, entre Pernes et Fontaine de Vaucluse, au cours de festivités grandioses, dans la "Vallée Clause" (aujourd’hui "Fontaine de Vaucluse») du site cher à Laure et Pétrarque.

 

Louis Giraud portrait


L’action de toute une vie fut récompensée le 8 septembre 1860 par l’Empereur Napoléon III, qui, en visite à Orange et à Avignon, remit à Louis Giraud les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur.

 

Long de 69 km (+725 km de canaux secondaires et tertiaires), il aura coûté au total 4 700 000 F/or (d’alors...), dont 1/3 de subventions. Une immense partie de notre département devient aussitôt un jardin fertile qui assurera désormais l’aisance des générations riveraines jusqu’à nos jours.

 

livre canaux
 


Notes et références

L'incroyable patrimoine de Canal de Carpentras

150e anniversaire de l’inauguration du Canal de Carpentras

Les ouvrages d'art

Bibliographie

Robert Caillet, Le Canal de Carpentras, contribution à l’histoire du Comtat Venaissin 1561-1925, édité par Batailler, 1925

Bernard Lambert, Histoire contemporaine du Canal de Carpentras Pernes les Fontaines

Synthèse Leïla Estellon sept 2009 exposition et conférence avec Bernard Lambert Samedi 19 sep 2009