Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Saint Antoine à La Roque sur Pernes

Saint Antoine à La Roque sur Pernes
St Antoine
Saint Patron du village sous la protection
de Saint Pierre et Saint Paul

 

SAINT ANTOINE

 

(251-356)

Antoine Le Grand, Antoine d'Égypte ou Antoine l'Ermite que l'on fête le 17 janvier est considéré comme le fondateur d'un modèle de vie érémitique (mode de vie solitaire). Athanase (296-373) conseiller d'Alexandre, et patriarche d'Alexandrie, qui avait connu personnellement l'anachorète fut son biographe en 357.

 

Saint-Antoine est né en 251 à Côma (ville connue aujourd'hui sous le nom de Kouma al aroum) dans la haute Égypte. Il reçoit de ses riches parents une éducation profondément chrétienne. A 18 ans, après s'être dépouillé de son héritage et de tous ses biens, il confie l'éducation de sa sœur à des personnes de confiance et se retire dans la solitude, d'abord à proximité de son village. Il partage son temps entre le travail, la prière et la lecture de la bible. Il fait son unique repas de pain et d'eau. Le peu de sommeil qu'il se permet, il le prend sur une simple natte de jonc, ou sur la terre. Il mène cette vie d'ascète pendant quelques années. Puis il s'installe plus loin, dans un tombeau abandonné où dit-on, il doit se protéger des bêtes sauvages. A 35 ans il choisit un fort désaffecté près de Pispir (au Sud de Memphis).
 
Il y restera 20 ans dans un isolement complet et une austérité extrême. On lui jette la nourriture par dessus les murs. Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Diable. Mais, si pour le Christ cela ne dure que quarante jours, pour Antoine c'est beaucoup plus long et plus difficile, les démons n'hésitant pas à s'attaquer à sa vie. Cependant Antoine résiste et ne se laisse pas abuser par les visions tentatrices qui se multiplient.

Peu à peu le bruit de sa présence se répand. Des pèlerins viennent rendre visite à cet étrange reclus. Bien qu'il ne reçoit jamais ses visiteurs, il transmet la pensée philosophique qui l'habite. Au fil du temps, une petite colonie de fidèles se constitue dans les alentours. Il cède à leurs prières, et devient leur guide spirituel. En 305 il abandonne le fort et s'enfonce plus avant dans le désert ou il s'abîme de plus en plus dans la pénitence et la prière.

 

C'est la persécution des chrétiens vers 310 par Maximin Daza Empereur romain de 305 à 314 et Gouverneur de l'Égypte qui le fait retourner dans le monde. Saint Antoine se rend à Alexandrie pour soutenir ses frères devant les tribunaux, dans les prisons, et pour se battre avec eux. Son courage étonne les juges et les bourreaux car il accompagne les condamnés pour exhorter les juges à la constance et à la clémence. Sa réputation est grande et le nombre de ses fidèles s'accroît. Il devient le père d'un grand nombre de disciples.

 

La persécution ayant cessé, il fonde deux monastères, l'un à Fayoum (au Sud Ouest du Caire) l'autre à Pispir où il revient s'installer dans le fort. Supportant mal d'être de plus en plus dérangé par ses fidèles il veut retourner à une vie de réclusion. Pour cela, il envisage de se retirer en haute Thébaïde mais finit par se fixer, vers 312, dans une grotte sur le mont Qolzum, près de l'actuelle Suez, au Nord de la Mer Rouge, (là où se trouve aujourd'hui le monastère de Saint Antoine).

 

Il fait de cette grotte sa dernière demeure. Le Diable lui apparaît encore de temps en temps, mais ne le tourmente plus comme autrefois. Vénéré par de nombreux visiteurs, Antoine leur donne à chaque fois des conseils de sagesse, les invitant à la prière plutôt qu'à la violence. Accompagné d'Athanase, il se rend en 325 au Concile de Nicée (en Asie Mineure, aujourd'hui l'Anatolie) pour régler les conflits provoqués par les Ariens*. Là il fait la connaissance de Constantin, Empereur des romains et initiateur du Concile, avec lequel il entretiendra par la suite une active correspondance. En 338, à la demande des Évêques, Antoine, âgé de 87 ans, retourne une dernière fois à Alexandrie pour réfuter la thèse des Ariens.

 

Puis il revient à sa grotte. Il y meurt en 356 à l'âge de 105 ans entre les bras de ses deux disciples bien-aimés Macaire l'Ancien (ou Macaire d'Égypte) et Amathas.

 

Les disciples ayant adopté le mode de vie solitaire de Saint Antoine sont appelés anachorètes, par opposition aux cénobites qui choisissent la vie en communautés monastiques.
*Arius, (vers 280-336), Prêtre égyptien qui ne reconnaissait que partiellement la nature divine de Jésus Christ refusant ainsi le dogme de la Trinité. Il prêcha cette thèse à partir de 320. Il eut de nombreux partisans, les Ariens. Cette doctrine fut condamnée par le Concile de Nicée.

 

Grotte de St Antoine au mont Kolzum
Grotte de St Antoine au mont Kolzum

 

 

Monastère de Saint Antoine en Egypte
Monastère de St Antoine en Egypte
construit à l'emplacement de la grotte

 


Le mal des Ardents ou l'Ergotisme

Le feu de Saint Antoine

(par analogisme avec les tentations du démon pour emmener le Saint en enfer)

 

Ces appellations se rapportent à une maladie qui sévissait au moyen âge. Elle provoquait d'intenses sensations de brûlures, des accidents convulsifs ou gangreneux liés à la consommation de certaines céréales (et particulièrement du seigle), atteintes par un champignon et des moisissures ce qui produisait sur les épis des formations proéminantes ayant grossièrement la forme d'un ergot de coq.

 

Le feu de St Antoine Gravure Wundartzney H.von Gerdorff (Strasbourg 1540)
Le feu de St Antoine, ou ergotisme, gravure extraite de Feldbuch des Wundartzney H.von Gerdoff (Strasbourg 1540) musée des Arts Philadelphie.
(Histoire des Saints et de la Sainteté Chrétienne)


A la fin du XI ème siècle, un Dauphinois, voit après un pèlerinage auprès des reliques de Saint Antoine, la guérison de son fils qui souffrait du mal des Ardents. Il fonde alors une communauté séculaire pour accueillir et aider les pèlerins venant prier le Saint pour demander des guérisons.

 

Tout de suite la communauté doit créer différents hospices dans les Alpes (comme à Gap 05), puis en Allemagne, en Italie, en Espagne (tel San Anton). La communauté se transforme en un ordre religieux soumis à la règle des Augustins. Mais des conflits éclatent entre les Bénédictins et les Antonins qui deviennent des chanoines réguliers de l'Abbaye de Saint Antoine. Ces derniers ont pour vocation et pour mission de guérir le mal des Ardents qui fait de grands ravages depuis le XI ème siècle.

 

Au XVIII ème siècle la maladie recule.

A partir de cette époque l'ordre des Antonins décline.


La tentation de Saint Antoine - Flaubert Gustave Édition de Claudine Gothot-Mersch

 

Ses reliques
Une légende veut que les reliques de Saint Antoine-l'Égyptien aient été ramenées de la Terre Sainte par un seigneur du Dauphiné au XI ème siècle, et déposées dans le village de La Motte aux Bois, qui devient Saint-Antoine-L'Abbaye. Les Bénédictins commencent alors la construction d'une église et d'un hôpital destiné à soigner les victimes du Mal des Ardents. Au XIIIème siècle, le Pape confie les lieux aux chanoines de l'Ordre de Saint Antoine. De grands travaux d'extension sont menés du XIVème au XVIème siècle, période faste pour l'Ordre en général et l'Abbaye en particulier.
 

De Saint-Antoine-l'Abbaye, les reliques de Saint Antoine sont transportées à Saint-Julien-d'Arles. En janvier 2006, elles sont déplacées d'Arles (Bouches du Rhône) vers l'Italie sur l'île d'Ischia, située à l'entrée du golfe de Naples).

 

L'église de La Roque possède une petite relique de Saint Antoine authentifiée par Monseigneur Hasley (1825-1888), Archevêque d'Avignon de 1880 à 1884. Le premier dimanche qui suit le 17 janvier, la paroisse de La Roque célèbre ce Saint.

 

 

Relique de St Antoine

 

Les représentations de Saint Antoine 
La vie de Saint Antoine et ses tentations ont inspiré de nombreux artistes, notamment Jérôme Bosch, Matthias Grünewald, Pieter Bruegel, Diego Vélasquez, Max Ernest, Salvador Dali. D'autres encore, ont aussi représenté sa rencontre avec Saint Paul de Thèbes, peu de temps avant la mort des deux ermites (Cathédrale de Chartes). Gustave Flaubert lui a également consacré un drame philosophique "La Tentation de Saint Antoine" (cinq versions dont la dernière en 1874).
 

Jérôme Bosch la tentation
La tentation, par Jérôme Bosch (1450-1516 peintre brabançon, province du centre de la Belgique) musée de Lisbonne

Matthias Grünewald La tentation
La tentation, par Matthias Grünewald (entre 1460 et 1470-1528 peintre allemand) musée d'Unterlinden de Colmar
"La visite de St Antoine à St Paul"

Salvador Dali La tentation
La tentation, par Salvador Dali (1904-1989 peintre, écrivain... espagnol) un des maître du surréalisme


De nombreuses images, peintures, ou statues nous montrent Saint Antoine avec une robe ou une cape brune marquée à l'épaule du Tau (emblème des Antonins), un cochon à ses côtés ou à ses pieds. Cette tradition date du XIV ème siècle et le cochon n'a rien à voir avec la vie du Saint mais avec un ordre religieux, l'ordre des Antonins. Fondé au XI ème siècle en Dauphiné, c'est un ordre hospitalier qui a l'origine faisait l'élevage des porcs pour entretenir ses commanderies et hôpitaux.

 

Les porcs ne pouvaient errer en toute liberté dans les villes, les cités ou les campagnes à l'exception de ceux des Antonins reconnaissables à leur clochette portée à l'oreille et au Tau dont ils étaient frappés.


Gustave Flaubert 1881-1880 écrivain français 
Gustave Flaubert (1821-1880 écrivain français)


Par Leïla Estellon

Merci aux pères Daniel Brehier et Alain Bonjour
Livret en couleur avec photos 3 €

M.I.L et Mairie